Créer son auto entreprise, les différentes étapes

créer son auto entreprise

Être auto-entrepreneur représente de nombreux avantages. Vous avez l’opportunité de vous lancer dans l’activité professionnelle qui vous inspire le plus. Par ailleurs, vous pouvez gérer vous-même votre emploi du temps. Grâce à la création d’entreprise, vous pouvez être en phase avec votre objectif de vie le plus ambitieux et influer directement sur vos revenus mensuels !

Notons que la frustration chez la plupart des salariés résulte souvent d’une insatisfaction par rapport au revenu. Il n’est pas rare non plus que la poste occupée ne soit pas réellement en rapport avec les attentes ou les compétences de chacun. En tant que micro-entrepreneur, vous êtes parfaitement maître de votre destin.
Depuis le lancement du statut de l’auto-entrepreneur, le nombre de créations d’entreprises ne cesse de s’accroître. En effet, les démarches administratives pour la création d’une société sont simplifiées. Sans parler des différents avantages fiscaux qu’un jeune créateur d’entreprise pourra en tirer. Que vous soyez un étudiant, un salarié ou un retraité, vous avez le droit de démarrer votre propre entreprise et accroître par la suite votre patrimoine. Si vous avez un projet entrepreneurial à mettre en œuvre, le choix de ce statut juridique est très avantageux pour commencer. Nous vous guidons dans les différentes étapes de la création d’une micro-entreprise.

Déclaration de l’activité

La toute première étape d’un projet d’entreprise est la déclaration de l’activité auprès de l’administration compétente. C’est nécessaire pour que votre micro-entreprise soit formelle. Vous devez fournir certains renseignements comme l’identité, l’adresse, le secteur d’activité, le type d’activité, le régime fiscal ainsi que le régime social choisit.
Si vous êtes à la fois salarié et créateur d’entreprise, vous serez soumis au régime générale de la sécurité sociale. En revanche, les professionnels non salariés ont le choix entre le régime des indépendants ou la CPIAV. La déclaration s’effectue généralement en ligne ou sur papier à l’aide du formulaire PO AE.

Pour créer votre auto entreprise, c’est ici ou ici, directement sur le site de l’urssaf

Domiciliation de votre entreprise

La domiciliation est une étape incontournable pour démarrer votre propre entreprise. Le but est d’avoir une adresse physique permettant aux clients, aux partenaires ou à l’administration de communiquer avec vous. Cette adresse doit être déclarée au CFE ou centre de formalité des entreprises. Votre société peut être domiciliée à votre propre domicile ou dans une société de domiciliation. Certains entrepreneurs préfèrent aussi louer des bureaux auprès d’une pépinière d’entreprise ou des incubateurs. Cette dernière option est privilégiée par la plupart des micro-entreprise. C’est pourquoi, il est souvent difficile de dénicher des locaux auprès de ces structures.
Si votre budget le permet, il est également possible d’établir une entreprise dans un local commercial.

Des formations obligatoires ou non ?

Si les démarches pour constituer une entreprise sont assez simples, il peut s’avérer indispensable de suivre une formation en création d’entreprise. Néanmoins, aucune formation n’est obligatoire pour le statut d’autoentrepreneur.

En revanche, les créateurs d’entreprises doivent avoir les diplômes adaptés dans le cas ou le projet de société concerne l’artisanat ! Le but de cette formation est d’inculquer à l’entrepreneur les principes d’une bonne gestion d’entreprise.

Plusieurs thèmes sont proposés pour que l’auto-entrepreneur puisse avoir les compétences et bagages nécessaires avant de monter sa boîte. On aborde par exemple la comptabilité, les cotisations sociales, la gestion commerciale, le statut juridique ou encore le régime fiscal.
Si une telle formation vous intéresse, elle est dispensée normalement par la chambre des métiers et de l’artisanat ou CMA. Elle dure 4 à 5 jours pour une durée totale de 30 heures. Pour que tout entrepreneur ayant un projet de création puisse en bénéficier, aucun prérequis en particulier n’est exigé des participants.

Les avantages du stage de préparation

Grâce à ce stage, vous pourrez avancer sans crainte dans un projet de création d’entreprise. Notons que les porteurs de projet peuvent être des salariés qui n’ont aucune connaissance en matière de business plan ou en compte prévisionnel. De plus, ils ne savent pas nécessairement comment réaliser une étude de marché. Or, il s’agit d’une étape très importante dans la création d’activité. Il est important de préciser que les financements ou prêt bancaire sont souvent nécessaires pour pouvoir démarrer son entreprise. Il faut toujours se faire accompagner pour avantager rapidement et de ne pas se tromper dans le choix. Ces formations sont ainsi indispensables pour que votre projet de construire une société soit un succès et cous permet de développer davantage votre activité professionnelle.

Souscription d’une assurance professionnelle ?

Selon la nature de l’activité, la loi peut vous imposer de souscrire une assurance lors de la création ou reprise d’entreprise. Quoi qu’il en soit, il est fortement conseillé de prendre une assurance professionnelle. Le but étant de protéger les biens et les personnes contre d’éventuels accidents ou événements imprévus. Par ailleurs, n’oubliez pas qu’en cas de dommage, la responsabilité de l’entrepreneur est toujours mise en jeu. L’assurance est ainsi nécessaire afin de vous couvrir en cas de problème.
Si votre projet porte sur une activité artisanale, la souscription d’assurance est incontournable. Ce qui n’est pas le cas pour les prestataires de service. Selon les biens à couvrir, vous pouvez opter pour des assurances spécifiques. On peut citer par exemple l’assurance vol et incendie, l’assurance dégâts cycloniques. Une assurance automobile est conseillée si vous utilisez un véhicule pour le transport ou la livraison des produits.

La tenue d’une comptabilité

Avec un statut d’auto-entrepreneur, la loi n’exige pas une comptabilité complexe comme pour une société à responsabilité limitée ou une société anonyme. La procédure est allégée au maximum afin de favoriser la création d’entreprises. Il existe néanmoins certaines obligations à respecter et à suivre à la lettre sous réserve de sanctions (par exemple, les mentions obligatoires d’une facture sans oublier de mentionner que la TVA est non applicable, etc).
Si vous créer une entreprise en France avec un statut d’auto-entrepreneur, il est indispensable de disposer d’un compte bancaire dédié à l’entreprise. Toutefois, il n’est pas exigé d’avoir un compte commercial ou professionnel. Un compte « particulier » dédié à l’activité suffit.

En outre, l’établissement de facture est aussi indispensable pour toutes les activités de prestation de service, réalisation des travaux immobiliers ou vente de produits à des particuliers. Afin de faciliter la détermination de votre impôt par le service fiscal, il est nécessaire de tenir un livre de recettes et d’achats. Il n’est pas nécessaire d’utiliser un logiciel comptable, un simple Excel suffit